«Chacun de nous aspire à aller plus vite, consommer et jouir d’un éphémère plaisir, jeter et recommencer.
Dans le tintamarre de nos cités, le stress orne et déforme les visages.
Bruits, pollutions, densité sociale, tous nos sens sont sollicités et exacerbés.
La ville moderne entraine d’inéluctables dérives et un paradoxal sentiment d’isolement, alors que nous sommes sans cesse cernés par
l’espace public»